Un second exemple de mesure de vitesses de sédimentation basée sur les ruptures d'équilibres radioactif est celui des couches de sédiments océaniques. La filiation de l'uranium dissous dans l'eau de mer à raison de 3.3 parties par million (ppm) est interrompue avec le thorium-230 premier isotope à vie longue et insoluble qui, se fixant sur les particules solides, tombe sur le fond océanique. Séparé de l'uranium, le thorium-230 s'enfonce dans le sédiment où il décroît avec sa propre période de 75200 ans. En mesurant la radioactivité en thorium de ces couches, on peut remonter à leur âge.