Les tempêtes survenues depuis l'ouverture des lignes ne présentaient pas de risques biologiques mais pouvaient affecter les instruments de navigation et les transmissions radio à haute fréquence.