D'après Maurice Tubiana, « La relation linéaire sans seuil implique que chaque lésion évolue de façon autonome et a la même probabilité d'évoluer vers un cancer quels que soient le nombre et le type de lésions dans la même cellule et les cellules avoisinantes. Cette hypothèse pourrait donner une limite supérieure du risque mais, dans l'immense majorité de cas, elle le surestimerait grandement. L'existence d'un seuil implique qu'aucune lésion isolée provoquée par des radiations ne puisse évoluer vers un cancer ou favoriser la naissance d'un cancer. Cette hypothèse n'est également plus admissible puisque les travaux sur les prédispositions génétiques ont montré que l'altération d'un seul gène pouvait augmenter la fréquence de certains cancers. Cependant, seule une faible proportion de l'ensemble des cancers est favorisée par le dysfonctionnement d'un seul gène. Il est concevable que l'effet cancérigène de faibles doses ne soit pas nul mais très petit et qu'il s'accroisse rapidement avec la dose (relation linéaire quadratique). »