La probabilité de fission à la suite d'une capture varie en effet beaucoup avec l'énergie. Pour l'uranium-235, elle est maximale avec des neutrons de très basse énergie, ou neutrons thermiques. Il faut ralentir les neutrons le plus vite possible, pour éviter qu'ils soient captés en route par d'autres noyaux et donc perdus.