Il s'agit de noyaux d'azote et lithium-6. L'allusion aux « statistiques », obscure pour le profane, fait indirectement référence au fait que le problème du côté de la conservation de l'énergie n'était pas le seul rencontré. Il semblait y en avoir un autre du côté de la rotation interne des noyaux ou spin, qui d'après la mécanique quantique ne prend comme valeur que des multiples entiers ou demi-entiers d'une unité élémentaire. A l'époque de Pauli, on ne comprenait pas les changements de spin observés lors des désintégrations bêta, parce que l'on ne connaissait pas l'existence des neutrinos qui possèdent en propre un « spin » de valeur ½.