Jusqu'ici on imaginait que le noyau était composé de protons accompagnés d'électrons captifs qui compensaient une partie de la charge électrique positive.