Cette augmentation des « sections efficaces » de capture aux faibles énergies s'explique intuitivement par le fait qu'un neutron lent a davantage le temps d'interagir en se mêlant aux autres nucléons d'un noyau qu'un neutron rapide.