La méthode uranium-thorium mise au point en 1955 sur les coraux (Potratz et al.), qui sont des carbonates marins, s'applique aussi au cas des carbonates continentaux : stalagmites, planchers stalagmitiques, travertins. Une variante de la méthode est utilisée pour la datation des dents et des ossements fossiles.