Par exemple, les rejets cumulés de tritium se sont élevés en 1997 à 10 000 TBq. Les contrôles effectués à 1km de la canalisation montrent une activité largement inférieure au maximum de 4000 bq par litre fixé par la règlementation à cette distance. D'après l'exploitant (la COGEMA), l'impact du rejet en mer du tritium serait en moyenne de 0.00002 mSv, l'équivalent de 25 secondes en avion.