Cette citation est extraite du colloque « Œuvre et engagement de Frédéric Joliot-Curie » qui s'est tenu en octobre 2000 à l'occasion du centenaire de la naissance de Frédéric Joliot.