La trajectoire d'un photon gamma est définie de manière approximative par le photomultiplicateur qui le détecte et par le dispositif qui définit sa direction. Malgré l'imprécision des trajectoires individuelles, on arrive à recomposer des images grâce au très grand nombre de données. Les photons gamma détectés se comptent par millions, même pour des quantités infinitésimales de traceurs radioactifs (Rappelons que les atomes sont de minuscules objets qui se comptent en milliers de milliards de milliards dans le moindre gramme de matière). Les calculs sont complexes et ne seraient pas possibles sans la puissance des ordinateurs modernes.