Des déchets à enfouir moins toxiques
Les déchets destinés au stockage définitif doivent être les moins radiotoxiques possible. Les déchets vitrifiés allégés de leur plutonium (verres classiques) présentent de ce point de vue un clair avantage sur le combustible stocké directement dans l'état. L'avantage est encore plus marqué pour des verres qui seraient aussi allégés de leurs actinides et qui ne mettraient que « 300 ans » à retrouver la radiotoxicité de la tonne d'uranium naturel dont ils sont issus.
IN2P3 © CEA