Coupe du laboratoire de Bure
Depuis l’abandon de l’option granit, la France concentre ses recherches sur le milieu argileux. Les galeries du laboratoire souterrain de Bure aux confins de la Meuse et de la Haute-Marne ont été creusées en 2004 et 2005 à partir d’un puits principal. Elles sont situées à 445 et 490 m de profondeur au sein de la couche d’argilite du Callovo-Oxfordien, un milieu qui détient encore de l’eau fossile contemporaine de la formation du bassin parisien. Il s’agit d’étudier les réactions chimiques, les effets mécaniques et les circulations d’eau susceptibles de ramener des radioéléments à la surface. ©ANDRA
ANDRA