L'énigme des spectres bêta
Vers 1930, on faisait l'hypothèse que la désintégration bêta aboutissait à seulement deux corps dans l'état final : le noyau de recul et un électron. Comme dans la désintégration alpha, la particule légère, l'électron devait emporter toute l'énergie disponible et être "monocinétique". Or si l'on observait bien que la répartition en énergie des rayons alpha se limitait à une raie correspondant à l'énergie totale disponible, celle des rayons bêta montrait un spectre allant de zéro à l'énergie totale, comme le montre cette répartition en énergie des électrons bêta du bismuth-210. On ne retrouvait pas dans les désintégrations bêta l'énergie en principe disponible. Où était passée l'énergie manquante ? Devant cette énigme, Niels Bohr se demanda si l'énergie pouvait ne pas être conservée.
IN2P3/AIP Niels Bohr Libraryt