Une analogie
Une analogie avec la pluie aide à comprendre pourquoi de faibles doses se cumulent de façon indépendante. Une " faible dose " peut être définie comme une dose pour laquelle une petite fraction des noyaux de cellules, cible privilégiée des radiations, est touchée. La situation est celle de gouttes de pluie éparses tombant sur un sol sec : les gouttes touchent des pavés distincts, certains ayant le temps de sécher (mécanismes de réparation). Seul le nombre des cibles, et non pas l'énergie déposée dans chacune d'elles, est fonction de la dose. C'est le hasard qui détermine si une cellule touchée évolue vers une cellule cancéreuse. Lors d'une forte pluie au contraire, tous les pavés sont mouillés : toutes les cellules sont touchées et la quantité d'énergie déposée est fonction de la dose. Le hasard n'entre plus en jeu. Les effets sont dits « déterministes ».
Louis de Saint-Georges/SCK.CEN