TMI : une fusion du cœur
Cette photographie prise par une vidéo caméra descendue 4 ans après l'accident dans le cœur de l'unité 2 du réacteur montre la fusion des éléments de combustible à l'uranium dont les dommages se sont révélés plus importants qu'il avait été initialement supposé. Lors de cet accident, le plus grave après Tchernobyl, le cœur du réacteur a subi des dommages irréparables, mais il n'y eut pas de rejets radioactifs dans l'environnement.
AP